Harki, un terme exprimant la honte

Harki : un statut encore imprécis

Le statut des harkis n’est pas clairement défini que ce soit en France ou encore en Algérie. Leur représentation se fait tellement de manière complexe puisqu’ils sont considérés tantôt comme des soldats algériens tantôt comme des supplétifs musulmans dans l’armée française. Cela montre que les militaires français se méfiaient de ces légionnaires très souvent perçus comme des « indigènes ». On ne cessera jamais de le rappeler, les harkas avaient pour mission principale de dévoiler les plans de guerre des nationalistes. C’est à juste titre que les populations locales les qualifiaient de traîtres instrumentalisés.

La notion de harki : un problème pas définitivement résolu

Malheureusement, l’Etat français fera montre d’un manque de reconnaissance à la fin de la guerre en refusant de rapatrier les ex combattants en France. Il s’agit là d’une attitude honteuse qui a plongé les troupes supplétives dans des massacres individuels et collectifs. Plus de 50 ans après, la notion de « harki » fait toujours jaser les populations françaises. Même en Algérie, le terme a été transformé en « Français musulmans rapatriés » ; d’où la récurrence des violences et des cruautés de tout genre.

En un mot, les harkis ont perdu leur identité.